Archives

    Lancée officiellement en Ituri depuis le vendredi 24 novembre à Bunia, la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre faites à l’égard de la femme et la jeune fille se poursuit normalement à travers la province. Le mercredi 29 novembre, c’était le tour de Kasenyi, entité lacustre du secteur de Bahema Sud dans le territoire d’Irumu, d’entrer dans la danse.

    Pour marquer cette campagne, une conférence-débat a été organisée par la Division provinciale de genre, famille et enfant. Une occasion pour aussi comprendre la situation dans cette entité se trouvant au bord du lac Albert.

    Nous avons vraiment aimé cette activité organisée par le bureau du genre provincial… Seulement en une semaine, nous avons enregistré 7 cas de violences sexuelles au site de déplacés de Nyamusasi ”, a rapporté Christine Kabazungu, la responsable du bureau genre à Tchomia, entité voisine se trouvant dans la chefferie de Bahema Banywagi .

    Pour la vice-présidente du site de déplacés de Kasenyi, il est temps de multiplier les actions positives pour inverser la tendance.

    Je remercie l’ONU Femme et la Division provinciale du genre. Mais pour moi, il fallait pas seulement se limiter ici mais plutôt multiplier la sensibilisation dans le site, puis que nous avons plusieurs cas dans le site ”, a-t-elle souhaité.

    Par ailleurs, Jean-Marc Mazio, expert à la Division Provinciale du Genre a précisé qu’il était question de capitaliser l’opportunité en vue de capacité la femme et sensibiliser les autorités sur le défis à relever dans le contexte de VBG.

    Ce n’est pas pour rien que nous sommes ici à Kasenyi, compte-tenu de sa position géographique et aussi le contexte des us et coutumes, des sites de déplacés. Voilà un peu c’est qui avait motivé notre choix dans le cadre du projet « Promouvoir le leadership, autonomisation, l’accès et la protection (LEAP) des femmes et jeunes filles touchées par les déplacements forcés lieux au conflits armés en RDC »”.

    A la première journée de cette série de conférences, l’on note déjà 150 participations majoritairement de femmes venues des sites de déplacés, des entités environnentes et des associations de la société civile. L’objectif est d’atteindre 250 femmes et hommes durant les trois jours de la conférence.

    Janvier Bamunoba

    Leave A Reply